Je lus sur son visage la peur Peur de mourir noyée de solitude Et de cette bouche monstrueuse, sanglante, agonisante, prise au piège de la vie, j’entendis un cri qui appelait, voyance gratuite tarot,  au secours Ce cri était strident mais personne ne l’entendait, personneEt moi, incapable de l’arrêter ou plutôt n’en ayant pas la volonté, moi qui entendais son appel, je me suis bouché les oreillesEt comme les autres, je l’ai contournée, ignorée etJe ne pouvais plus accepter d’être l’ombre de son ombre.
Comment lui faire comprendreFurtivement, honteusement, en prenant soin de ne pas me faire remarquer, comme si j’accomplissais un sacrilège, comme si le, voyance gratuite par mail,  monde entier me désavouait, j’ai sorti de mon sac le rouge que je venais d’acheter au supermarché et je l’ai posé sur mes lèvres Un peu à l’envers, comme une débutante Un soupçon de poudre sur mes joues, du mascara sur mes cils La glace me disait que c’était mieux, beaucoup mieux.
Un sentiment de bien-être m’envahit soudain.