Asseyez-vous mademoiselle Je m’assis, notant que la seule chose que j’aimais chez lui c’était sa manière d’arriver à nous faire, telephone gay,  croire que l’on avait toutes dix-huit ans Il se racla la gorge et continua, croisant les mains sur le bureau, l’œil concentré sur ce qui pouvait le moins lui rappeler que j’étais une femme, vade rétro Satanas !